MACÉRÂT DU SOLSTICE

2 juillet 2017

Durant tout l’été, en bordures de chemin négligés vous trouverez cette plante vivace de 60 à 80 cm de hauteur, à tige raide et rameuse surmontée de fleurs jaune vif réunies en grappe au sommet des rameaux !
Si vous en capturez vous pourrez bénéficier de ses secrets rien qu’en la faisant macérer dans un bocal d’huile !

L’huile est traditionnellement utilisée comme cicatrisant et anti-inflammatoire.

Au début  du siècle dernier, elle est employée avec succès dans le traitement des brûlures où comme écrit H. Leclerc, un des pères de la Phytothérapie moderne :  » Elle diminue les symptômes douloureux, par suite d’une action anesthésique locale légère, mais constante, modère les réactions inflammatoires et joue vis à vis des tissus lésés un rôle protecteur sans en compromettre la vitalité, sans déterminer de rétention, ni de suppuration des liquides excrétés et favorise la réparation du revêtement épidermique ».

Malgré son efficacité pour soulager l’inflammation et les brûlures, l’usage de l’huile de millepertuis dans le traitement des coups de soleil est limité. Le millepertuis peut entraîner une photosensibilité, il est donc préférable d’éviter une exposition prolongée au soleil après avoir appliqué l’huile de millepertuis, en particulier chez les personnes au teint pâle !

D’après l’Ethnobotaniste Alain TESSIER.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *