PETIT DÉJEUNER VERSION SUPERMARCHÉ

2 juin 2016
ptit-dej-supermarche

 

Bon les p’tites fourmis, va falloir arrêter les courses en supermarché… Derrière nos marques préférées c’est pas très beau à voir vous savez !
Vous aussi ça vous fait rager de constater ce qui se cache derrière votre petit déjeuner ?
Ouais je sais ça peut paraître déprimant ou alarmiste (c’est pourtant une réalité les gars, va falloir y faire face à un moment donné…) ou vous faire sentir impuissant ? Mais non ! Courage les fourmis, avec un peu d’effort de la part de chacun on va y arriver ! Signer des pétitions, manifester, voter… Euhhh…Vous voyez bien que ça n’a pas trop d’effet ! En revanche changer sa consommation, SI !
Notre vrai pouvoir c’est notre pouvoir d’achat et choisir ses achats c’est choisir le monde dans lequel on veut vivre.
Préférer le BIO (hum c’est plutôt les aliments de l’agriculture conventionnelle qu’on devrait nommer à part) ce n’est pas faire son « bobo prout-prout », ce n’est pas une mode c’est juste faire preuve un minimum de conscience et d’éthique, et même de convictions !
 » Oui mais le bio c’est cher ! « 
Oui c’est cher si on ne prend pas la peine de remettre en question son confort et ses habitudes; si on ne peut pas se passer de sa pâte à tartiner le matin, si on ne peut pas s’arrêter de boire 12 cafés dans la journée, si on ne veut pas faire autrement que tendre le bras au rayon surgelé et appuyer sur le bouton de son micro-ondes, ou d’arrêter de se gaver de noix de cajou pour remplacer les bonbons (c’est mon cas ! YEY) oui ça peut coûter plus cher !
Ce qui est triste c’est que c’est l’agriculture conventionnelle qui en réalité n’est pas cher grâce/à cause de ses moyens de rendements productifs, c’est cette industrie qui nous a habitué à baisser notre budget alimentaire.

En tout cas y a mille solutions pour se nourrir sans détruire ni la Terre ni sa propre santé, choisir une AMAP, un producteur local, un magasin bio (certains prix peuvent varier d’un magasin à un autre, regardez bien les prix au kilo), aller au marché, faire son potager, échanger ses récoltes avec son voisin… Changer sa consommation c’est faire le choix de créer une autre société et même une autre économie. C’est créer de la demande dans des secteurs plus sains et respectueux, donc des emplois qui vont avec, et éviter de donner indirectement notre argent aux actionnaires et gros industriels avant tout préoccupés par leur capital plutôt que la faim dans le monde ! (Ne me faites pas pleurer avec l’exemple ce philanthrope milliardaire de Bill Gates et sa grande préoccupation pour la famine en Afrique ! Qu’il leur apprenne la permaculture au lieu de leur faire acheter des graines transgéniques !! Encore une fois on apprend à un peuple à être dépendant et non pas autonome… Mais ceci est une autre histoire !)

Revenons au sujet, on m’a sorti l’autre jour « Si tu manges bio tu mourras quand même » !  Je ne mange pas bio seulement pour le bien-être de mon petit nombril, mais si je choisis de renoncer aux 2min de plaisir que procure un kinder bouéno ce n’est pas seulement par soucis de ne pas grossir de la fesse mais pour éviter la tonne d’énergie néfaste qu’il a fallu déployer pour produire ce « pur instant de bonheur » comme diraient les publicitaires… Je préfère me faire « violence » et passer 20min à cuisiner mon propre goûter avec mes ingrédients choisis ! Dites vous bien que changer de consommation ce n’est pas arrêter de se faire plaisir, mais se faire plaisir différemment, avec un peu plus de réflexions et de remontage de manches !
De toutes façon va bien falloir s’y mettre par soi-même et arrêter de compter sur les usines qui nous préparent des petits plats transformés tout-faits parce ces dernières années le taux de croissance de la population et nos besoins surdimensionnés ont tellement augmenté que la terre est difficilement en mesure de produire suffisamment d’aliments et autres produits agricoles. En gros, dans un mois nous auront exploité toutes les ressources disponibles que la terre produit en 1 an !

Allez, ne déprimons pas, le prochain article sera plus positif puisqu’il parlera de solutions !

– Lola –

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 commentaires sur “PETIT DÉJEUNER VERSION SUPERMARCHÉ”

  1. Zack dit :

    Le non bio, et encore plus les produits issus des supermarchés ont généralement un apport nutritif moins important que les produits bio. Tu as pas mal d’articles et d’études aussi qui démontre que finalement une culture biologique n’est pas forcément plus chère, que les produits issus de la culture bio ont un apport plus importants… Articles et études qui te permettront d’appuyer ton article 😉

    D’ailleurs, moi ce que j’aimerai bien c’est qu’on créait un label « Produit non bio » plutôt qu’un label bio, qui marginalise plus le produit qu’autre chose aux yeux de la population, on va dire moins sensible à ça.

  2. Lola Draloug dit :

    Oui oui bien sûr, je me suis pas trop attardée sur la santé ce coup-ci mais c’est clair, avec ce mode de production conventionnel qui détruit la vie des sols, les aliments poussent sur des terres stériles et deviennent de plus en plus pauvres en nutriment… D’où le nombre de maladies ; carences, système immunitaire affaibli, et pire ; cancers, dérèglements, blabla… Et bizarrement les mêmes industries qui sont à la source de ces maladies proposent AUSSI les solutions à leurs propres problèmes puisque c’est les mêmes à la tête des labo pharmaceutique ! (cf l’exemple de BAYER) On nous prendrait pas un peu pour des jambon-beurre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *