LES POUVOIRS DE L’ORTIE

1 mai 2016

« en Mai, trois bon repas d’orties écartent toutes les maladies » proverbe irlandais

Qui ne s’est jamais brulé au contact de la belle et grande Ortie ?

Alors comment s’imaginer qu’en la consommant notre santé s’en trouvera renforcée ?

Dès le début du printemps son fort caractère la protège d’un trésor exceptionnel que seul ceux qui la vénèrent peuvent profiter, elle symbolise parfaitement la nature sauvage qui refuse la soumission et en piquant de franchise elle ne cherche pas à masquer ses défauts derrière une apparence flatteuse.

Délaissée depuis une soixantaine d’années vous allez découvrir dans les lignes qui suivent un éventail des capacités et vertus de cette plante salvatrice indispensable.

Cette plante mal-aimée doit être vénérée et anoblie en raison de son précieux intérêt biologique.

Véritable dynamiseur de vie elle s’emploie tour à tour comme plante médicinale, comme un légume ou comme aide agricole et pour tout un tas d’usages domestiques.

ligne

Légume primitif consommés depuis la nuit des temps, elle devient plante compagne de l’homme à partir du néolithique (-8000 ans) grâce aux riches éléments organiques en décomposition laissés par la sédentarité et l’élevage des animaux.

Elle pousse en massif sur des terres riches en matières organiques et abrite une multitudes de petits écosystèmes. Une trentaine d’insectes vivent autour d’elle et une centaine d’autres profitent de sa présence, on imagine alors l’impact d’une coupe pour se débarrasser de « l’intruse  piquante» de son jardin. Elle est primordiale pour l’équilibre biologique des écosystèmes où elle vit.

Astuce : Comme elle pousse toujours proche du plantain, de la mauve, de l’oseille sauvage ou du pissenlit, en cas de piqûre malaxer une feuille d’une de ses plantes pour extraire un peu de suc qui vous soulagera.

ortie-de-mimi

LA GUÉRISSEUSE

Elle possède de nombreuses propriétés médicinales reconnues et les pratiques ancestrales sont depuis peu confirmées par la science. On y retrouve une multitude d’oligo-éléments: fer, magnésium, calcium, phosphore, potassium, manganèse, sélénium, zinc, cuivre, souffre, nickel, des vitamines A B C E K PP, des acides organiques et des acides aminés (plus que dans le soja!) C’est aussi une bombe d’antioxydants qui va neutraliser les radicaux libres libérés par le stress notamment. (voir l’étude de jean Morelle)

Son action dépurative va régénérer le sang, aider à éliminer les maladies de peaux, elle est aussi anti-rhumatismale, antiarthritique, antistress, anti-anémique grâce au fer, diurétique pour aider les reins, astringente donc antidiurétique, aide à recalcifier les os grâce au calcium bio-disponible, régule le transit, anti-inflammatoire, lutte contre la fatigue, améliore la concentration intellectuelle, galactogène pour les femmes allaitantes, aphrodisiaque…

Cette riche minéralité bio-disponible va alcaliniser le corps et ainsi garder l’équilibre acido-basique interne par rapport à toute l’acidité que notre corps va devoir gérer ou générer en réponse aux attaques produites quotidiennement par notre mode de vie actuel.

Voici maintenant quelques manières de la consommer pour profiter de ses vertus ;

(Je vous invite à chercher par vous même dans des livres de phytothérapie et en posant la question à un herboriste ou un naturopathe de manière à connaître la posologie qui correspondrait le mieux à l’action de la plante dont vous souhaitez bénéficier. Les recettes présentes sont à titre informatives et vous êtes seul responsable des conséquences de l’utilisation de plante)

  • JUS FRAIS :

Extraire le suc en broyant 100 grammes de plante fraîche à diluer dans de l’eau la plus pure possible (eau distillée ou l’eau en bouteille Montcalm par exemple)

  • INFUSION :

Versez 1 litre d’eau bouillante sur 50gr à 100gr de plante fraîches. Boire par petites tasses tout au long de la journée

  • DÉCOCTION :

Faites bouillir 50gr de plante fraîche dans 1 litre d’eau pendant 5 min. Boire par petites tasses tout au long de la journée

  • BAIN :

Durant l’été, en extérieur, remplir une baignoire pleine d’eau et d’ortie. Le soir sortir les plantes et se plonger dans l’eau.

  • URTICATION (OU TRAITEMENT HÉROïQUE) :

Friction d’ortie fraîche sur une douleur pour bénéficier des vertus anti-inflammatoires

  • Les graines d’ortie écrasées au pilon et mélangées à part égale avec du miel stimulent la libido.

En cure il faut la consommer une fois par jours durant quinze jours à trois semaines au moins

ortie-de-mimi

LA NOURRICIÈRE

On peut également profiter des vertus de la plante en la consommant comme un légume. En plus des tous les micro-nutriments, la plante contient pour 100gr de plante fraîche, 5 à 10% de protéines complètes ! Crue en smoothie avec au choix de la banane, de la pomme ou de la poire, cuite en soupe avec de l’oignon, de l’ail et une ou deux pomme de terre, en purée mélangée à la pomme de terre, à la vapeur, en omelette, en tarte, en crêpe, en gelée, en sirop… Pour les animaux, les orties hachés avec du grain renforcent également leur santé.

« Une ortie dans le poulailler est un œuf de plus dans le panier » dicton populaire

ortie-de-mimi

LA JARDINIÈRE

L’ortie dynamise aussi ses congénères. Présentes entre les rangés de plantes médicinales et aromatiques, elles font augmenter considérablement leur teneur en huile éthérique, de même pour les arbres fruitiers. Ajoutée au compost elle en améliore sa qualité en activant la transformation des déchets organiques en humus. Répandue sur le sol en couche épaisse, c’est un excellent mulch (matière organique plaqué au sol se dégradant rapidement), qui nourrit et protège le sol. Elle forme un bon compostage de surface, notamment avec les tiges hachées. Sa tisane peut faire également office d’insecticide, alors elle dynamise la plante pulvérisée et soigne aussi de nombreuse maladies.

Avant de faire un semis, laisser tremper les graines dans l’infusion d’ortie, cela stimulera et protéger vos graines maraîchères.

L’EXTRAIT D’ORTIE :

(à ne pas confondre avec le purin d’ortie, un extrait fermenté raté est beaucoup moins efficace)

C’est une véritable panacée pour les cultures diront certains, utilisé comme stimulant de fertilisation, pour la stimulation des défenses naturelles des plantes, ou encore comme répulsif à insecte et limaces… Voici la recette tirée du livre « les secrets de l’ortie » de Bernard Bertrand :

1- dans un récipient en plastique ou inox mettez 1kg de plantes fraîches (broyée si possible) en fermentation dans 10l d’eau.

2- utilisez de l’eau de pluie ou de source non traitée, à pH inférieur à 7.

3- surveillez attentivement la fermentation en brassant tous les deux jours (5 à 12 jours)

4- filtrez soigneusement avant le début du stade de putréfaction, lorsque ces bulles disparaissent, c’est que la fermentation est finie et que la putréfaction va débuter. Les résidus de cuve seront utilement ajoutés au tas de compost ou utilisés en compostages de surface, directement au jardin.

5- dilution de 3 à 5 % en traitement foliaire ; de 10 à 20 % en épandage au sol.

6- il vaut mieux deux passages avec un extrait dilué à 5 % qu’un seul avec du produit dilué à 10%

7- pour que les plantes absorbent l’extrait, elle doivent être convenablement alimentées en eau. Un traitement en pleine sécheresse sans arrosage adéquat n’aura strictement aucun effet ; sauf sur des cultures sur BRF ou convenablement paillées.

8- effectuez vos traitements de préférence le matin tôt ou en fin de journée, jamais en pleine journée si le temps est chaud et sec.

9- L’extrait d’Ortie bien réalisé ne laisse aucune trace, aucune odeur ni aucun goût particuliers sur les fruits et légumes, même ceux traités juste avant récolte.

10- stockez en bidons de plastique bien pleins, hermétiques et à l’abri de la lumière et des chocs thermiques, dans des locaux tempérés.

ortie-de-mimi

QUELQUES USAGES DOMESTIQUES :

L’ortie a été utilisé pour le tissage, car elle est très fibreuse (moins que le lin ou le chanvre tout de même) certains projets relancent cette activité. On peut facilement faire de petites cordelettes.

Elle est employé en teinture végétale pour donner aux tissus un panel de couleurs jaune à jaune verdâtre. La décoction de feuilles saturé de sel peut servir à faire cailler le lait pour la fabrication de fromages.

ortie-de-mimi

CONTE

Voici pour finir la libre adaptation de Bernard Bertrand d’un conte amérindien

C’était il y a bien longtemps, au grand début de la vie sur terre. Le Grand Manitou, Créateur de toutes choses, s’appliquait à ordonner chaque élément.

Il avait commencé par donner vie aux végétaux, puis aux animaux, et enfin aux êtres humains.

Parmi les premiers il y avait de grands arbres, qui protégeaient les plus petits, eux même protégeant de frêles végétaux qui recouvraient le sol d’un immense tapis vert.

Parmi toutes ces plantes, il en était une dont il était fier, une petite merveille aux milles pouvoirs, dont la vocation était de soigner et le sol, et les autres plantes, et les animaux, et les êtres humains. Pour que chacun puisse la reconnaître facilement, elle s’épanouissait dans une splendide parure dorée. Ses fleurs et ses fruits resplendissaient de mille éclats à la simple lumière du jour.

Au bout de quelque temps, le Créateur entend une longue lamentation. Bien vite, il descend sur terre et découvre sa plante fétiche, pleurant à chaudes larmes.

-Qu’as tu donc, petite fleur, toi qui a tout reçu de moi, quelle est la cause de ce tourment ?

-J’ai tant de vertus, je soigne tellement de maux, que les animaux de la forêt et les êtres humains m’arrachent sans ménagement, récoltent mes graines avant même que je ne puisse me reproduire, mutilent mes plus belles pousses dès leur plus jeune âge. Si ça continue, je vais bientôt disparaître à tout jamais !

Le grand Manitou, ému, s’éloigne en promettant d’aider la petite plante.

Mais le dilemme n’était pas facile à résoudre : comment faire en sorte que la plante garde ses pouvoirs, si utiles pour le bien être de tous, tout en étant respectée et protégée d’une razzia impitoyable ?

Il ne lui fallu pas moins de trois jours pour résoudre le problème. Au bout de ce temps, par un beau matin, la petite plante au milles vertus se réveilla, entièrement recouverte d’une robe d’un vert on ne peut plus banal. Même ses fleurs eurent droit au traitement !

Elle ne s’en offusqua pas et comprit bien vite qu’ainsi elle passerait inaperçue.

Pour parfaire sa protection, le Créateur eut aussi l’idée de l’armer d’un manteau de dards urticants. Dans ces aiguilles acérées, il concentré un produit miraculeux aux pouvoirs thérapeutiques très puissants.

Les premières fois, humains et animaux ne comprirent pas ce qui se passait : chaque fois qu’ils touchaient la plante tant aimée, ils souffraient d’horribles brûlures. La plante dorée devint la plante qui brûle, l’Ortie brûlante !

Ils la délaissèrent quelque temps mais ne pouvant se dispenser de ses bienfaits, ils apprirent bien vite à détourner ce handicap. Malgré tout, rien ne fut plus comme avant ; ayant compris la leçon, ils se mirent à respecter la plante et lui demandèrent pardon chaque fois qu’ils eurent besoin de ses services. Ils ne l’utilisèrent plus qu’avec beaucoup de discernement.

Depuis ce jours, l’Ortie a pu se multiplier librement et coloniser toute notre planète . Et pour bien montrer aux hommes qu’elle n’est pas rancunière, elle a choisi de les accompagner dans tous leur nouveaux campements, assurant ainsi sa mission en toute sérénité.

ligne

Sources et ressources pour aller plus loin :

– Les secrets de l’Ortie de Bernard Bertrand aux éditions de Terran
– Video jus d’ortie la « bombe » nutritionnelle du printemps de Thierry Casasnovas pour Régénère

– Documentaire Arte : Secrets de Plante : l’Ortie

– Podcast avec François Couplan sur l’ortie

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *